[weka.fr] Georges Tron estime que "l'on peut encore réduire le nombre de fonctionnaires"

Devant le Grand Jury RTL/Le Figaro / LCI , Georges Tron a estimé ce dimanche 24 avril 2011 que l’on pouvait « encore réduire le nombre de fonctionnaires» surtout chez les opérateurs de l’Etat plus que dans la police ou l’Education Nationale dans les deux ou trois prochaines années.

Réajustement possible pour l’Education Nationale …
Concernant l’Education Nationale, le ministre se dit favorable à la suppression de postes en 2012 et 2013 mais annonce un réajustement si nécessaire. En effet « il va y avoir 4500 à 5000 élèves de plus à la rentrée prochaine et si on voit que ça pose des problèmes dans tel ou tel secteur, il faudra sans doute réajuster » mais le principe du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux n’est pas remis en cause.

Réflexion à mener pour la police…
Concernant la police, il annonce qu’il y aura « une réflexion précise à mener pour adoucir ce princie de un sur deux ». En effet, selon le secrétaire d’Etat, « l’effort de réduction des effectifs a essentiellement porté sur l’administration centrale et déconcentrée et par sur les opérateurs ».


 Elargir le principe aux opérateur de l’Etat…
Le secrétaire d’Etat considère donc que l’on peut élargir le principe du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux aux opérateurs de l’Etat.
Ces derniers sont des organismes qui remplissent des missions de service public, comme Météo France, Pôle Emploi ou encore le CNRS. En 2011, 584 organismes sont référencés comme opérateurs de l’Etat et pourraient donc être concernés par cette mesure.

 Néanmoins, Georges Tron a souligné que les suppressions d’emploi seront amenées à diminuer dans les prochaines années car « nous arrivons au bout d’une logique démographique », le pic d’une génération de fonctionnaires partant à la retraite allant bientôt être atteint.

Article écrit pour weka.fr (26/04/11)