Prise en charge des mutuelles dans la FPT : la convention de participation

Dans le cas d’une convention de participation, les collectivités doivent faire une mise en concurrence et publier un avis d’appel public à la concurrence (AAPC) dans lequel est précisé :
1° Les modalités de présentation des offres de candidature, dont le délai de réception ne peut être inférieur à quarante-cinq jours à compter de la date de publication de l’avis d’appel à la concurrence ;
2° Les niveaux minimaux de capacité demandés aux candidats et les renseignements à fournir à cet effet ;
3° Les caractéristiques essentielles de la convention envisagée, notamment son objet, sa nature et les personnels intéressés ;
4° Les critères de choix de la collectivité territoriale ou de l’établissement public.

La collectivité doit définir les caractéristiques quantitatives et qualitatives des agents concernés et des prestations à proposer. Pour le risque « santé », ces caractéristiques portent également sur la population retraitée.

Chaque candidat fournit à la collectivité territoriale ou à l’établissement public, une offre comportant, pour l’ensemble de la période prévue, les éléments suivants :
1° Les conditions générales d’adhésion ;
2° Les prestations offertes ;
3° Pour chacune des options, le tarif proposé ;
4° Les limites, âge par âge, au-delà desquelles ce tarif ne peut évoluer ;
5° Une précision du degré effectif de solidarité et de la maîtrise financière du dispositif envisagé.
Chaque candidat s’engage également, en cas de sélection, à offrir à la population intéressée, pendant la durée du contrat et selon les modalités prévues au présent décret, l’ensemble des options prévues dans les garanties proposées.

Après examen des garanties professionnelles, financières et prudentielles présentées par les candidats, la collectivité territoriale ou l’établissement public, fonde son choix, par délibération, après avis du comité technique, sur les principes de solidarité fixés et sur les critères suivants :
1° Le rapport entre la qualité des garanties et le tarif proposé ;
2° Le degré effectif de solidarité entre les adhérents ou les souscripteurs, intergénérationnelle, en fonction de la rémunération et, pour le risque « santé », familiale ;
3° La maîtrise financière du dispositif ;
4° Les moyens destinés à assurer une couverture effective des plus âgés et des plus exposés aux risques ;
5° Tout autre critère objectif respectant l’obligation de transparence et de non-discrimination, adapté à la couverture de la population intéressée.
Un arrêté du ministre chargé des collectivités territoriales, du ministre chargé de la fonction publique et du ministre chargé de la sécurité sociale fixe la liste des documents et justificatifs relatifs aux critères mentionnés ci-dessus nécessaires à la prise de décision.

La convention de participation est conclue par la collectivité territoriale ou l’établissement public pour une durée de six ans. Elle peut être prorogée pour des motifs d’intérêt général, pour une durée ne pouvant excéder un an.
La collectivité ou l’établissement informe ses agents de la signature de cette convention, des caractéristiques du contrat ou du règlement au titre duquel elle est conclue ainsi que des modalités d’adhésion à celui-ci.