Comprendre les bouleversements des nouvelles organisations du travail

Nous assistons aujourd’hui à de véritables bouleversements dans l’environnement professionnel : il existe aujourd’hui plus d’un milliard de travailleurs nomades dans le monde. Cette pratique va t-elle devenir la nouvelle norme ? Comment l’organisation du travail risque t-elle d’évoluer dans l’avenir ?

Changement de paradigme

Les entreprises passent aujourd’hui d’un modèle hiérarchique, rigide à un modèle agile et collaboratif.  Au delà du développement d’espace de coworking, c’est la culture de travail de mode collaboratif qui commence à inspirer les entreprises traditionnelles. 

Le numérique ouvre des champs du possible et ce sont nos usages qui vont définir tel ou tel futur.

Les bouleversements, quels sont ils ? 

  • L’arrivée et le développement des technologies et des nouveaux outils obligent tous les acteurs à être dans un apprentissage permanent. Alors qu’auparavant cela concernait uniquement les emplois d’exécution, aujourd’hui cela concerne également le middle management. Les entreprises doivent donc accompagner ce changement par la formation notamment pour que les gens restent en capacité d’employabilité par rapport à leur environnement au travail.
  • La transformation du rôle du management : le numérique est un facilitateur dans le changement de l’organisation vers une entreprise plus flexible et plus collaborative. Les managers n’ont pas été préparés à ces changements et doivent être accompagnés pour une meilleure efficacité et un meilleur épanouissement.
  • L’utilisation du numérique pose la question du temps de travail : les collaborateurs ont tendance à être hyperconnecté et penser à leur travail tout le temps même dans leur sphère privée. Mesurer la charge de travail devient donc un véritable défi pour lequel il faut déterminer les nouveaux indicateurs.
  • Le numérique est souvent présenté comme un outil d’autonomisation, le développement d’algorithmes permettant l’amélioration de la productivité, l’amélioration de l’efficacité dans les processus en est la clé. Néanmoins, se pose le risque de dégradatation de la sécurité au travail, la dégradation de la relation client qui devront être maitrisés.
  • L’utilisation de data management – data RH : utilisé notamment en recrutement (profilage), le développement d’algorithmes RH devient de plus en plus tendance et est poussée par les start-ups. Concept très intéressant qui nécessite en parallèle de comprendre ce que ça va provoquer dans l’entreprise et comment l’encadrer pour que ce ne soit pas des outils de surveillance au quotidien. 
  • Le numérique est un accélérateur d’externalisation avec notamment le développement du crowd sourcing (création de plateforme de travail mondialisée) ou du micro-tasking.
  • C’est un cercle vertueux : la destruction d’emploi entraîne la création de nouveaux emplois ailleurs : le développement numérique a donc toujours permis la transformation des emplois. Néanmoins, les algorithmes créés aujourd’hui ont tendance à « enlever » l’humain du processus de production : nous assistons de plus en plus à la disparition du cercle vertueux. 

 

Les différentes postures dans le débat public

Aujourd’hui, nous assistons à trois postures différentes dans le débat public :

  • Le salariat est dépassé, il y a trop de rigidité, cela manque de flexibilité,… au nom de la croissance et de l’innovation, il faut davantage aller vers l’entrepreunariat.
  • Le salariat est en partie dépassé, il faut revisiter le dispositif de la protection sociale en dehors du salariat et accompagner cette nouvelle organisation du travail.
  • Le salariat n’a pas su évoluer et donne une vision un peu « vieillotte » : à nous d’utiliser le numérique pour faire évoluer le monde de l’entreprise et le rendre plus attractif et plus valorisant.

Et vous, quel est votre avis ?