Réorganisation du temps de travail dans la FPT : pistes de travail et méthodologie

« Réduire le nombre de fonctionnaires », « augmenter le temps de travail », … il s’agit de mesures souvent citées ces derniers mois. Outre l’enjeu politique, la contrainte financière et les recommandations des CRC incitent les collectivités à revoir l’organisation du temps de travail qui apparait alors comme une réponse aux enjeux managériaux, à la qualité du service rendu ou encore à l’optimisation des moyens.

 

L’association des DRH des grandes collectivités territoriales a publié à ce sujet un rapport sur la réorganisation des temps de travail dans la Fonction Publique Territoriale qui débouche sur 16 préconisations. L’objectif de ce document réalisé par les élèves administrateurs territoriaux est ainsi de mettre en avant les bonnes pratiques et méthodologies utilisées par les collectivités.

Trois axes d’étude sont ainsi présentés :

  • l’augmentation du temps de travail : « retour aux 1 607 heures »
  • l’optimisation des temps de travail par la redéfinition des cycles de travail
  • l’amélioration du fonctionnement des services publics

Parmi les 16 préconisations, 7 sont destinées aux collectivités :

  1. Associer les organisations syndicales le plus en amont possible des projets de réorganisation des temps de travail et organiser le dialogue social selon des modalités propres à chaque collectivité
  2. Réaffirmer le rôle des directions RH comme garante des règles sur le temps de travail
  3. Former les encadrants de proximité aux règles et aux outils managériaux liés aux temps de travail et les accompagner pour adapter l’organisation des services aux besoins des usagers
  4. Intégrer les besoins et les temps de l’usager en amont des projets de réforme du temps de travail et définir des cycles de travail ainsi qu’une organisation des services qui tiennent compte de la pénibilité des métiers et de la qualité de vie au travail
  5. Mobiliser la diversité des outils disponibles pour réformer et optimiser le temps de travail (annualisation, réduction du nombre de cycle de travail, suppression de jours extra légaux,…)
  6. Conduire la réorganisation du temps de travail en mode projet prévoyant une durée de déploiement de 6 mois à 2 ans, des ajustements au fil de l’eau, .. dans le protocole d’accord
  7. Procéder à une évaluation tous les 2 ou 3 ans des mesures de réorganisation des temps de travail sur la base d’indicateurs qualitatifs et quantitatifs

Cliquez pour lire le rapport complet : etude-temps-de-travail-rapport-vf