L’acceptation, une étape essentielle du changement (Partie 1)

Lorsqu’on parle de changement, il est important de garder à l’esprit que chaque personne le vit à sa manière, selon ses propres besoins et ses propres “blessures”.

Vouloir éliminer à tout prix ses blessures est illusoire. Même si nous parvenons à nous séparer de quelque chose ou de quelqu’un parce que nous ne pouvons accepter la situation, ce n’est que temporaire. Cela nous revient souvent sous une autre forme et nous fait autant souffrir.

Nous portons un masque à chaque fois que nous essayons d’éviter de sentir la souffrance engendrée par une blessure. Nier une douleur ne fait que l’empirer…

Prendre conscience de nos blessures individuelles nous aide à passer l’étape d’acceptation du processus de changement.

Résultat de recherche d'images pour "processus de deuil pardon"

(image : vivre son deuil Normandie)

 

Quand on parle de blessure, de quoi parle t-on exactement ?

Lise Bourbeau, dans ses différents ouvrages, rappelle que c’est toujours notre perception ou notre interprétation des faits qui cause notre souffrance et non ce que la personne dit ou fait. Les autres se comportent avec nous au même degré et de la même manière que nous sommes avec eux et avec nous même.

On distingue 5 blessures :

  • Le rejet : la personne ne croit pas à son droit d’exister. Elle croit qu’elle ne vaut rien ou pas grand chose, est constamment insatisfait de qui elle est et se juge sans valeur. Elle a très peu d’estime envers elle même et est convaincue que si elle n’existait pas, cela ne ferait pas une grande différence. Elle se protège en utilisant le déni, se coupe facilement du monde extérieur en se réfugiant dans son monde imaginaire. Elle sent qu’elle existe seulement quand elle est très occupée. C’est une grande perfectionniste qui, en vieillissant, panique de plus en plus à l’idée de ne pas être capable de faire face à la vie et croit qu’elle a raté sa vie. Sa plus grande peur : la panique.

 

  • L’abandon : la personne a souffert de ne pas se sentir soutenu en amour/relation. Elle a de la difficulté à fonctionner seul et a très peur de la solitude. Elle recherche de la présence et de l’attention et a un grand besoin d’être soutenue par son entourage. Elle souffre souvent de tristesse profonde sans savoir pourquoi. Elle fusionne facilement avec les autres et entre dans leurs émotions et leurs souffrances. En vieillissant, elle angoisse à l’idée d’être seule et choisit d’endurer une situation difficile plutôt que d’être seule. Sa plus grande peur : la solitude.

 

  • L’humiliation : La personne ressent une liberté brimée par l’attitude répressive et méprisante. Elle a une belle âme missionnaire et fait tout pour être digne aux yeux de ce qu’elle aime. Elle se fait un devoir de servir tous ceux qu’elle aime, les faisant passer avant elle. Elle a beaucoup de retenue dans ses paroles et refoule les pulsions associées à ses sens. Elle recherche de manière inconsciente la douleur et l’humiliation.  Elle a peur d’être punie si elle jouit trop de la vie. Elle connait ses besoins mais ne les écoute pas et ne voit pas sa grandeur d’âme. Elle se crée des contraintes et des obligations dont elle se plaint. Sa plus grande peur : la liberté.

 

  • La trahison : La personne a souffert de ne pas avoir ses attentes d’attention comblées. Elle s’est senti trahie ou manipulée en amour/connexion aux autres. Elle cherche à se montrer forte et à montrer aux autres de quoi elle est capable. Elle performe pour qu’on la considère comme quelqu’un de très responsable. Elle veut à tout prix convaincre les autres. Elle comprend et agit vite, elle aime finir en premier surtout en cas de compétition. Elle aime prévoir pour mieux contrôler et déteste l’imprévu. Elle cherche à se montrer très indépendante pour ne pas toucher à sa blessure d’abandon en cas de séparation. Sa plus grande peur : la dissociation, la séparation, le reniement.

 

  • L’injustice : La personne a souffert de froideur, de sévérité et d’autoritarisme. Elle n’a pas su s’exprimer et être elle même, elle a réagi en se coupant de sa sensibilité et s’est imposée de réussir et d’être parfaite. Elle cherche à se montrer vivant et dynamique même si elle est fatiguée, elle admet rarement qu’elle vit des problèmes et ne veut montrer que le positif. Elle se contrôle pour être parfaite et pour correspondre à l’idéal qu’elle s’est fixée ou auquel elle croit qu’on attend d’elle. Elle est consciente qu’elle peut être injuste envers les autres et envers elle même. Elle montre difficilement ses sentiments car elle ne sait pas gérer sa grande sensibilité. Elle a peur de perdre le contrôle et de ne pas être parfait aux yeux des autres. Très dur envers son corps, elle admet rarement être malade. Elle est de nature froide, a du mal à se laisser aimer et à montrer son affection. Sa plus grande : la froideur.

 

De nombreuses petites voix s’expriment dans nos têtes, la peur, le doute de soi ou des autres, la culpabilité,… Chaque petite voix est liée à une blessure, une croyance.  L’égo est la totalité de ces croyances qui empêchent d’être soi même.

 

Il n’y a pas de changement possible tant que l’on est pas conscient de ce que l’on veut transformer  (Lise Bourbeau)

 

Dans le prochain article, nous verrons des pistes pour guérir et accepter chacune de ces croyances. En attendant, prenez bien soin de vous 🙏